Actualités de l'impression 3D: 4 février 2020 – 3DPrint.com

Actualités de l'impression 3D: 4 février 2020 - 3DPrint.com

Dans les synthèses sur l'impression 3D d'aujourd'hui, nous abordons un large éventail de sujets. Tout d'abord, Digital Alloys partage un guide sur le processus d'impression 3D par projection de métal à froid. UPM vient de lancer sa nouvelle gamme de produits GrowInk Bioinks. STPL3D a offert son expertise en impression 3D pour aider à une chirurgie orthopédique complexe, et la Smithsonian Institution utilise l'imprimante 3D couleur de Mimaki pour créer des modèles de virus pour une exposition. Enfin, l'impression 3D a été utilisée pour donner une voix à une ancienne maman… en quelque sorte.

Guide de pulvérisation à froid des alliages numériques

Digital Alloys, basée dans le Massachusetts, a publié un guide de la fabrication additive des métaux, et la 16e partie concerne la technologie de pulvérisation à froid, qui a été utilisée comme processus de revêtement pendant de nombreuses années avant d'être adaptée à une technologie d'impression 3D en métal pour une fabrication rapide de pièces de forme presque nette. La technologie utilise du gaz sous pression pour tirer rapidement des poudres métalliques à travers une buse, visant le point de dépôt, avec une vitesse suffisamment élevée pour créer une liaison métallurgique à l'impact mais sans faire fondre le matériau. Les systèmes de pulvérisation à froid à haute pression permettent le traitement de matériaux plus lourds, comme l'acier et les alliages de titane, tandis que les systèmes à basse pression utilisent l'air ambiant comme propulseur, ce qui les rend meilleurs pour les métaux plus ductiles, comme le cuivre et l'aluminium.

«Les avantages de Cold Spray incluent la compatibilité avec les matériaux sensibles à la chaleur, les faibles contraintes thermiques et la capacité de fonctionner dans un environnement ouvert (non inerte). Les inconvénients incluent la géométrie restrictive des pièces, la faible densité et précision et la fragilisation des matériaux », indique le billet de blog. "Cet article donne un aperçu de la technologie AM de Cold Spray Metal: comment elle fonctionne, la capacité géométrique, la compatibilité des matériaux, l'économie, les applications et l'état actuel de la commercialisation."

UPM a lancé la gamme de produits GrowInk

La société de biomatériaux UPM, qui a introduit le matériau d'impression 3D biocomposite Formi 3D il y a deux ans, lance maintenant une nouvelle gamme d'hydrogels. La gamme de produits d'impression 3D GrowInk, qui se compose d'hydrogels prêts à l'emploi non d'origine animale, a été présentée lors de la récente conférence SLAS2020. Ces bio-liens, constitués d'eau et de cellulose nanofibrillaire, favorisent la croissance et la différenciation cellulaire en imitant l'environnement in vivo, et sont compatibles avec une large gamme d'imprimantes 3D.

GrowInk Bioinks offre une excellente qualité d'imagerie et est parfait pour de nombreuses applications de bioimpression 3D, telles que la préparation d'échafaudages et l'encapsulation cellulaire pour la découverte de médicaments, la médecine régénérative et l'ingénierie tissulaire. De plus, UPM élargit également sa gamme de produits GrowDex avec l'hydrogel stérile GrowDex-A, qui a été créé pour délier les molécules biotinylées, comme les antibiotiques et les peptides.

STPL3D fournit une aide à l'impression 3D en chirurgie orthopédique

En décembre, Aaska Shah, 14 ans, d'Inde, a subi de multiples fractures au coude gauche en jouant et, à son jeune âge, un implant prothétique ne pouvait que compromettre ses mouvements naturels. Les médecins n'ont donc eu d'autre choix que d'opérer, en utilisant des pinces pour maintenir les morceaux d'os en place. La chirurgie d'Aaska a été refusée en raison de sa complexité, mais le Dr Jignesh Pandya a assumé la tâche et s'est associé à Agam Shah du service d'impression 3D STPL3D pour créer un modèle en résine imprimé en 3D de l'os du coude fracturé du patient pour la planification chirurgicale.

«Le Dr Pandya et son équipe ont d'abord examiné les radiographies et les scans 2D du patient et examiné leur plan chirurgical. Les médecins étaient un peu inquiets car il y a une quantité effrayante de choses qui peuvent mal tourner pendant l'opération, mais ont refusé de perdre espoir », indique un article du blog STPL3D. «Les médecins ont été confrontés à de nombreux défis pendant l'opération, tels que la détermination de la longueur de la pince et la fixation des points dans l'os, mais les chirurgies ont été couronnées de succès en grande partie grâce aux chirurgiens qualifiés.»

Les médecins ont déclaré que le modèle 3D leur avait donné «une plus grande confiance» et que le patient était également sur la table d'opération pendant environ 25% moins de temps.

Propulsé par Aniwaa

Smithsonian Institution Impression 3D de modèles de virus en couleur

Cette image montre le modèle du virus de la grippe, créé à l'aide de l'imprimante 3D Mimaki 3DUJ-553, en position ouverte. Le disque transparent qui contient les huit capsides violettes et les huit brins d'ARN jaunes a été retiré de l'enveloppe verte. Crédit d'image: Carolyn Thome / SIE

Le plus grand complexe de musées, d'éducation et de recherche du monde, la Smithsonian Institution, travaille avec Mimaki USA pour aider à organiser des expositions et des expériences artistiques, culturelles, éducatives et scientifiques. Les studios du Smithsonian Exhibits (SIE), basés dans le Maryland, travaillent avec les bureaux et les musées de l'institution et le gouvernement fédéral pour aider à planifier des expositions attrayantes, ainsi qu'à créer des modèles de recherche et de programmes publics. L'équipe SIE utilise l'imprimante 3D couleur Mimaki 3DUJ-553 pour créer des modèles détaillés et imprimés en 3D de virus élargis pour l'exposition Outbreak: Epidemics in a Connected World du Smithsonian National Museum of Natural History.

«Nous sommes ravis de participer aux efforts de la Smithsonian Institution pour engager et inspirer le public grâce à l'augmentation et à la diffusion des connaissances. Cette imprimante permettra au Smithsonian d'utiliser de nouvelles technologies pour produire des expositions de nouvelles façons, en particulier pour créer des modèles et des éléments tactiles qui aident à donner vie aux expositions à tous les visiteurs », a déclaré Josh Hope, directeur principal, projets d'impression et d'ingénierie 3D chez Mimaki. ETATS-UNIS.

Tract vocal imprimé en 3D pour maman

La trachée et la bouche imprimées en 3D de Nesyamun. (Crédit: David Howard / Royal Holloway, Université de Londres)

Nous avons vu l'impression 3D utilisée plusieurs fois pour aider à faire entrer les mystères des momies dans le monde moderne, mais en voici une nouvelle: une équipe de chercheurs du Royaume-Uni a utilisé l'impression 3D pour aider une ancienne maman à parler. Ensemble, ils ont publié un article intitulé «Synthèse d'un son vocal de la maman de 3 000 ans, Nesyamun« True of Voice », sur leur travail de création d'une boîte vocale imprimée en 3D pour la momie. Nesyamun était un prêtre égyptien qui a vécu et est mort il y a plus de 3 000 ans, sous le règne de Ramsès XI. Scribe et porte-encens qui a probablement chanté et chanté des prières au temple de Thèbes, son sarcophage présente une épithète qui se traduit par «vrai de la voix», car en tant que prêtre, il aurait dit qu'il vivait une vie vertueuse; c'est la raison pour laquelle les chercheurs ont donné que leur travail était éthique. En 2016, la momie a été envoyée dans un établissement de tomodensitométrie, qui a découvert que, alors que son palais mou était parti et sa langue sans forme, son larynx et sa gorge étaient toujours en bon état – parfait pour une expérience visant à reproduire ses voies vocales et aidez-le à «parler».

L'égyptologue Joann Fletcher a déclaré: «Le processus de momification proprement dit était essentiel ici. La superbe qualité de conservation obtenue par les anciens embaumeurs signifiait que l'appareil vocal de Nesyamun était toujours en excellent état. »

L’équipe a imprimé en 3D une copie des voies vocales de Nesyamun entre le larynx et les lèvres sur un système Stratysys Connex 260. La partie corne d'un haut-parleur a été retirée et remplacée par la boîte vocale artificielle, puis connectée à un ordinateur pour créer une forme d'onde électronique similaire à celle utilisée dans les synthétiseurs vocaux courants. Cette configuration a pu aider à produire un seul son de voyelle, que vous pouvez entendre par vous-même ici.

Discutez de ces histoires et d'autres sujets d'impression 3D sur 3DPrintBoard.com ou partagez vos réflexions ci-dessous.

Laisser un commentaire