Comment les prêtres peuvent aider les catholiques à croire une fois encore à la présence réelle | Les blogs

Comment les prêtres peuvent aider les catholiques à croire une fois encore à la présence réelle | Les blogs

5 septembre 2019 (LifeSiteNews) – Récemment, il a été signalé que plus de la moitié des catholiques autoproclamés ne croient pas du tout à la présence réelle. Comme je l'ai écrit auparavant, cela représente une urgence, une crise pastorale, qui a suscité une réaction quelque peu léthargique. Peu de temps avant la publication de l’enquête sur les croyances, celle de Stephen Bullivant sur la déchéance enregistrait des déportés catholiques se plaignant que leurs catéchistes de paroisse ne croyaient pas la foi et ne la transmettaient pas. Il semble que certains de nos frères et sœurs décédés aimeraient insister sur des normes d'orthodoxie plus strictes que certains de nos prêtres et de nos évêques.

Outre la catéchèse et la prédication, une réponse traditionnelle à une erreur concernant une doctrine ou une autre consiste à mettre l'accent sur l'enseignement correct liturgiquement. S'incliner ou s'agenouiller devant les références à l'Incarnation (dans le Credo, quand nous disons «et a été fait homme»), par exemple, aide à faire comprendre la vérité à ce sujet. Je suis un fervent partisan du pouvoir de la liturgie pour renforcer la Foi: d'une part, il est impossible d'amener les catholiques adultes à suivre des cours de catéchisme, mais s'ils viennent à l'église, ils vont faire l'expérience de la liturgie. L'adoration eucharistique peut-elle alors aider à rétablir le sentiment chez les catholiques que le Christ est vraiment présent dans l'hostie?

Peut-être, mais nous devrions nous garder des problèmes avec cette idée. Un problème est que, de par leur nature, la bénédiction et l’exposition du Saint Sacrement exposent le sacrement au mépris et même aux abus. Le Saint-Sacrement est normalement gardé enfermé dans une boîte immobile sur l'autel. Nous savons qu'il est là et nous pouvons prier devant lui. Il est dommage que les gens bavardent ou mènent des activités profanes devant le tabernacle. C’est bien pire, s’ils font ces choses avant que le Saint Sacrement ne soit exposé. Si ce n'était pas le cas, le révéler ne signifierait rien.

Maintenant, beaucoup de gens répondent au sens aigu du sacré créé par la bénédiction et l'exposition, et ces pratiques augmentent leur dévotion. Mais il le fait sur la base d'un existant formation dans ces individus. Les catholiques nominaux qui ne croient pas en la présence réelle et ne prêtent aucune attention au tabernacle n'auront guère de raison de prendre l'Exposition plus au sérieux. Ils pensent que c'est juste un symbole, peu importe sa présentation.

Voici une autre façon d’exprimer le problème. Une chose qui peut communiquer efficacement le sens de quelque chose est de voir comment les autres se comportent autour de lui. Si un non-catholique assiste à la messe et voit des personnes agenouillées à certains moments, par exemple, cela signale assez puissamment l'importance de ces points dans la liturgie. Supposons qu'un non-catholique, ou un catholique de nom qui ne croit pas en la présence réelle, erre dans une chapelle où se déroule l'Exposition, qu'y a-t-il à voir? Trop souvent, il verra négligence: une chapelle presque ou même complètement vide d'adorateurs. Ils pourraient conclure que le Saint-Sacrement exposé a un niveau d'importance similaire à celui de la statue d'un saint.

Ce n'est pas le moyen de réévaluer le Saint Sacrement aux yeux de ceux qui ne comprennent pas. En fait, il serait préférable de montrer du respect à Notre-Seigneur dans l'Eucharistie en l'enfermant dans un cibore voilé à l'intérieur d'un tabernacle voilé. Cette montre que nous prenons le tout au sérieux.

Je ne suggère pas que la bénédiction et l'exposition doivent être arrêtées, ou que les gens ont tort de les promouvoir. Mon propos concerne plutôt ce que nous pensons exactement que ces choses vont réaliser et comment. Leur but est de donner aux catholiques qui croient profondément en la présence réelle une occasion d'honorer le Christ dans le Saint Sacrement lors de cérémonies, d'encens, de musique sacrée et de prière. Cette dévotion apportera des bénédictions à ceux qui y participent et à la paroisse. Cela fait ne pas fonctionner, à lui seul, comme une catéchèse liturgique efficace sur la présence réelle, et à cet égard, elle peut même se retourner contre elle.

Pour cette À cette fin, je suggérerais aux prêtres et aux autres personnes impliquées dans la liturgie d’envisager une approche très différente. Ceux qui ne comprennent pas la présence réelle apprendront de la façon dont les autres, ceux qui sont plus étroitement impliqués dans les cérémonies, se comportent envers notre Seigneur. Comment le prêtre gère-t-il l'hostie consacrée? Par hasard ou avec respect? Les vases sacrés qui le tiennent méritent-ils d'être mérités? Sont-ils ce que la paroisse peut se permettre de mieux se permettre ou sont-ils délibérément faits de matériaux non précieux? Qui les gère et comment? Qui distribue la Sainte Communion et comment? Quelqu'un est-il préoccupé par les éclaboussures de Precious Blood ou par des fragments de l'hôte?

Ce n’est peut-être pas simple d’inciter les membres de la congrégation à se comporter différemment, mais ils seront influencés, sans même y penser consciemment, par ce qui se passe dans le sanctuaire. Là, pendant la messe, et particulièrement pendant la communion, est le lieu où commencer à montrer ce en quoi nous croyons vraiment.

Laisser un commentaire