Définition et signification de l'autel – Dictionnaire biblique

Définition et signification de l'autel - Dictionnaire biblique

AUTEL

ol'-ter (mizbeach, littéralement, "lieu de massacre ou de sacrifice", de zabhach, qui se trouve dans les deux sens; bomos, (seulement dans Actes 17:23), ainsiiasterion):

_JE. CLASSIFICATION DES AUTELS HÉBREUX_

Importance de la distinction

_II. LAY AUTELS_

1. Pré-mosaïque

2. À l'âge de la mosaïque

3. Les dangers de la coutume

4. Les dispositions de la mosaïque

_III. Autels à cornes d'offrande brûlée_

1. L'autel du tabernacle

2. L'autel de Josué 22

3. L'autel jusqu'à Salomon

4. L'autel à cornes utilisé

5. Le Temple de Salomon

6. L'autel d'Achaz

7. Ézéchiel

8. L'autel post-exilique

9. Autels idolâtres et illégaux

10. Les cornes

_IV. AUTELS D'ENCENS_

V. MATÉRIAUX ARCHÉOLOGIQUES RÉCENTS 1. Un autel de Gezer

2. L'autel de l'encens de Taanach

_LITTÉRATURE_

A. CRITIQUE

I. Classification des autels hébreux.

Avant de considérer les textes bibliques, il faut attirer l'attention sur le fait que ces textes connaissent au moins deux sortes d'autels d'apparence si différente qu'aucun contemporain ne pourrait les confondre. Le premier était un autel composé de terre ou de pierres brutes. Il n'avait pas de forme fixe, mais variait selon les matériaux. Il peut s'agir d'un rocher (Juges 13 :19) ou d'une seule grosse pierre (1 Samuel 14 :33-35) ou encore de plusieurs pierres (1 Rois 18 :31 s). Il ne pourrait pas avoir de cornes, il ne serait pas non plus impossible de donner des cornes de pierre sans les tailler, et un tas de terre ne se prêterait pas à la formation de cornes. Il ne pouvait pas avoir de motif régulier pour la même raison. D'autre part, nous rencontrons un groupe de passages qui se réfèrent à des autels d'un tout autre type. Nous lisons des cornes, des mesures fixes, d'un modèle particulier, du bronze comme matériau. Pour faire comprendre plus rapidement la différence, des illustrations des deux types sont données côte à côte. La première figure représente un autel cairn tel qu'il était utilisé dans certaines autres religions anciennes. La seconde est une restauration conjecturale d'autels hébreux d'holocauste et d'encens de la seconde sorte.

Importance de la distinction :

Ceux-ci pourraient être et ont été appelés autels, mais il est si évident que cette désignation commune n'a pu causer à aucun témoin oculaire de les confondre qu'en lisant la Bible, nous devons examiner attentivement chaque texte à tour de rôle et voir à quel genre l'auteur fait référence. Une confusion sans fin a été causée, même à notre époque, par l'omission de noter cette distinction, et le lecteur ne peut espérer donner un sens aux lois et récits bibliques que s'il prend grand soin de se représenter dans chaque cas l'objet exact auquel se réfère son texte. Par souci de clarté, différents termes seront adoptés dans cet article pour désigner les deux sortes d'autels. Les premiers seront appelés « autels laïcs » car, comme on le verra, la Loi autorisait tout laïc à offrir certains sacrifices sur un autel de terre ou de pierres brutes sans l'assistance d'un prêtre, tandis que les seconds seraient appelés « autels à cornes, " en raison de leur possession de cornes qui, comme nous l'avons déjà signalé, ne pouvaient exister dans un autel laïc conforme aux dispositions de la loi.

_II. Poser des autels._

1. Pré-mosaïque :

Dans la Genèse, nous lisons souvent l'érection d'autels, par ex. Genèse 8 :20 ; 12:7; 13:4. Bien qu'aucun détail ne soit donné, nous sommes en mesure d'inférer leur caractère général avec une précision considérable. En lisant les récits, il est parfois évident que nous avons affaire à une structure improvisée grossière. Par exemple, quand Abraham construit l'autel pour le sacrifice d'Isaac dans Genèse 22, on ne peut pas supposer qu'il a utilisé du métal ou de la pierre forgée. Lorsque Jacob conclut une alliance avec Laban, un tas de pierres est jeté « et ils y ont mangé par le tas » (31 :46). Ce tas n'est pas expressément appelé un autel, mais si cette alliance est comparée à des alliances ultérieures, on verra que dans celles-ci sa place est prise par un autel de type laïc (SBL, chapitre 2), et il est raisonnable de supposer que ce tas était en fait utilisé comme autel (comparer Genèse 31:54). Une autre considération est fournie par le fait que les Arabes avaient l'habitude d'utiliser n'importe quelle pierre comme autel pour le nonce, et certainement de tels autels se trouvent dans l'histoire mosaïque et post-mosaïque. Nous pouvons donc être sûrs que les autels de Ge étaient du type général représenté par la figure 1 et étaient totalement différents des autels de la figure 2.

2. À l'âge de la mosaïque :

Ainsi Moïse trouva une coutume selon laquelle les Israélites dressaient des autels grossiers avec les matériaux les plus faciles à obtenir sur le terrain et offraient un culte sacrificiel à Dieu à diverses occasions. Que la coutume n'était pas particulière aux Israélites est montré par des exemples tels que celui de Balaam (Nombres 23:1, etc.). Nous pouvons probablement prendre le récit du sacrifice de Jéthro comme un bon exemple des occasions où de tels autels ont été utilisés, car on ne peut pas supposer qu'Aaron et tous les anciens d'Israël commettaient ouvertement un acte illégal lorsqu'ils mangeaient du pain avec le père de Moïse. -la belle-famille devant Dieu (Exode 18:12). Encore une fois, le récit dans lequel nous voyons Moïse construire un autel aux fins d'une alliance illustre probablement une coutume qui était utilisée pour d'autres alliances qui n'ont pas été rapportées (Exode 24 :4).

3. Dangers de la coutume :

Mais l'habitude d'ériger des autels pouvait facilement se prêter à des abus. Ainsi l'archéologie nous a montré un autel, bien que beaucoup plus tardif, qui est orné de visages, une pratique qui était tout à fait contraire aux idées mosaïques de préserver un culte parfaitement sans image. D'autres abus possibles ont été suggérés par les pratiques actuelles des Cananéens ou sont expliqués par les termes des lois.

Voir _HIGH PLACE_.

4. Les dispositions de la mosaïque :

En conséquence, Moïse a réglé ces autels laïcs. Laissant l'occasion de leur érection et de leur utilisation à déterminer par la coutume, il promulgua les lois suivantes :

« Tu peux me faire un autel de terre, et y sacrifier tes holocaustes et tes sacrifices de prospérités, tes brebis et tes bœufs ; dans tout le lieu où j'inscris mon nom, je viendrai à toi et je te bénirai. Et si tu me fais un autel de pierre, tu ne le bâtiras pas avec des pierres de taille ; car si tu lèves ton outil dessus, tu l'as souillé. Tu ne peux pas non plus monter par des marches jusqu'à mon autel », etc. :24-26 ; donc corriger les versions anglaises de la Bible). Plusieurs remarques doivent être faites sur cette loi.

C'est une loi pour les laïcs, pas pour les prêtres. Ceci est prouvé par la deuxième personne du singulier et aussi par la raison donnée pour l'interdiction des marches, puisque les prêtres étaient vêtus différemment. Il s'applique « dans tous les lieux où j'enregistre mon nom », et non, comme le dit l'expression ordinaire, « dans tous les lieux ». Ce dernier est assez inintelligible :

il est généralement expliqué comme signifiant des lieux consacrés par les théophanies, mais il y a beaucoup d'exemples dans l'histoire des sacrifices laïcs où aucune théophanie ne peut être postulée ; voir par ex. Genèse 31 :54 ; 1 Samuel 20 :6,29 (EPC, 185 s). "Tout le lieu" fait référence au territoire d'Israël pour le moment. Lorsque Naaman a souhaité cesser de sacrifier à une divinité autre que le Dieu d'Israël, il a été confronté au problème de décider comment il pourrait lui sacrifier en dehors de ce "lieu". Il l'a résolu en demandant le fardeau de deux mules de la terre du "lieu" (2 Rois 5:17). Enfin, comme déjà noté, cette loi exclut la possibilité de donner des cornes aux autels ou de les faire se conformer à un modèle donné, puisque la pierre ne pouvait pas être travaillée. Tu ne planteras pas d'ashéra d'aucune espèce d'arbre à côté de l'autel du Seigneur ton Dieu, que tu te feras. Tu ne t'élèveras pas non plus une colonne que le Seigneur ton Dieu hait. Ici encore, il s'agit probablement des autels des laïcs, et non du chapiteau religieux qui était sous le contrôle des prêtres.

_III. Autels à cornes des holocaustes._

1. L'autel du Tabernacle :

Dans Exode 27:1-8 (comparez Exode 38:1-7) un ordre est donné de construire pour le Tabernacle un autel de bois de shittim recouvert de bronze. Il devait avoir cinq coudées de long sur cinq de large et trois de haut. Les quatre coins devaient avoir des cornes d'un seul tenant. Un réseau de bronze devait arriver à mi-hauteur de l'autel jusqu'à une corniche. D'une manière qui n'est définie que par référence à ce qui a été montré à Moïse sur la montagne, l'autel devait être creux avec des planches, et il devait être équipé d'anneaux et de bâtons pour faciliter le transport. La construction précise ne peut pas être déterminée, et il est inutile de spéculer où les instructions sont si clairement régies par ce qui a été vu par Moïse sur la Montagne ; mais certains traits importants pour l'élucidation des textes bibliques ressortent clairement. L'autel est rectangulaire, présentant au sommet une surface carrée avec des cornes aux quatre coins. Le matériau le plus important utilisé est le bronze, et toute la construction était aussi différente que possible de celle de l'autel laïc ordinaire. L'utilisation de cet autel dans le rituel du Tabernacle relève de la rubrique SACRIFICE. Ici, nous devons remarquer qu'il a été servi par des prêtres. Chaque fois que nous trouvons des références aux cornes d'un autel ou à son motif, nous voyons que l'auteur parle d'un autel de ce type général. Ainsi, un criminel demandeur d'asile s'enfuit vers un autel de ce type, comme il ressort des cornes qui sont mentionnées dans les deux cas historiques et aussi d'expressions telles que descendre ou monter. Voir ASILE.

2. L'autel de Josué 22 :

Nous lisons dans Josué 22:9 que les enfants de Ruben et les enfants de Gad ont construit un autel. En 22:28, nous les trouvons en train de dire : « Tenez le modèle de l'autel », etc. Ceci est décisif quant à la signification, car l'autel des laïcs n'avait pas de modèle. En conséquence, dans sa forme générale, cet autel devait être conforme au type de l'autel du Tabernacle. Il n'était probablement pas fait des mêmes matériaux, car le mot « construire » est continuellement utilisé à son propos, et ce mot ne conviendrait guère au travail du métal :

il n'était pas non plus nécessairement de la même taille, mais il était du même modèle : et il était conçu pour servir de témoignage que les descendants des hommes qui l'avaient construit avaient une part dans le Seigneur. Il semble s'ensuivre que le modèle de l'autel du Tabernacle était distinctif et différent des autels païens généralement utilisés en Palestine et cela semble être confirmé par les fouilles modernes qui ont révélé des hauts lieux avec des autels assez différents de ceux envisagés par le Pentateuque. Voir HAUTE PLACE.

3. L'autel jusqu'à Salomon :

Dans l'histoire qui a suivi jusqu'à l'érection du Temple de Salomon, il suffit d'attirer l'attention sur le fait qu'un autel à cornes existait alors que l'Arche était encore logée dans une tente. Ceci est important pour deux raisons. Il montre une période historique au cours de laquelle un autel cornu existait à côté de la capitale religieuse à côté d'un certain nombre d'autels laïcs dans tout le pays, et il rejette la suggestion de GA Smith (Jérusalem, II, 64) que la roche nue ec- Cakhra a été utilisé par Salomon comme autel, car le rocher non taillé ne pouvait évidemment pas fournir un autel à cornes tel que nous le trouvons dès 1 Rois 1:50-53.

4. L'autel à cornes utilisé :

Notez aussi que nous lisons ici de la descente de l'autel, et cette expression implique l'élévation. Plus loin dans
1 Rois 9:25, nous entendons que Salomon avait l'habitude d'offrir sur l'autel qu'il avait construit, et cela prouve encore une fois qu'il avait construit un autel et qu'il n'avait pas simplement utilisé le rocher du temple. (Voir aussi Watson dans PEFS (janvier 1910), 15, en réponse à Smith.)

5. Le Temple de Salomon :

Pour les raisons qui viennent d'être données, il est certain que Salomon a utilisé un autel du type cornu, mais nous n'avons aucun compte de la construction dans Kings. Selon une note conservée dans la Septante mais pas en hébreu, Salomon agrandit l'autel érigé par David sur l'aire de battage d'Araunah (2 Samuel 24 :25), mais cette notice est d'une valeur historique très douteuse et peut être simplement une supposition de glossateur . Selon 2 Chroniques 4 : 1, l'autel était en bronze et mesurait vingt coudées sur vingt sur dix. Les dimensions du Chroniqueur sont mises en doute par beaucoup, mais la déclaration du matériel est confirmée par 1 Rois 8 :64 ; 2 Rois 16 : 10-15. De ce dernier passage, il apparaît qu'un autel de bronze avait été utilisé jusqu'à l'époque d'Achaz.

6. L'autel d'Achaz :

Ce roi a vu un autel à Damas d'un modèle différent et a fait faire un grand autel pour le temple sur son modèle. Comme le texte oppose le grand autel à l'autel de bronze, nous pouvons nous référer que l'autel d'Achaz n'était pas fait de bronze. Il n'est pas possible de déterminer avec certitude si l'un ou les deux de ces autels avaient des marches (comparez Ézéchiel 43:17) ou étaient approchés par une pente comme dans la figure 2. On peut noter que dans Isaïe 27:9, nous lisons des pierres de l'autel dans un passage dont la référence est incertaine.

7. Ézéchiel :

Ézéchiel donne également une description d'un autel (Ézéchiel 43 :13-17), mais rien n'indique s'il est purement idéal ou représente l'autel de Salomon ou celui d'Achaz, et les écrivains modernes ont des points de vue différents. Dans la vision, il se tenait devant la maison (Ézéchiel 40:47). De plus, il décrit un autel ou une table de bois (Ézéchiel 41 :22). Ceci bien sûr ne pouvait être qu'une table, pas du tout un autel. Voir le tableau.

8. L'autel post-exilique :

Esdras 3:2 f raconte la mise en place de l'autel par Zorobabel et ses contemporains. Aucune information quant à sa forme, etc., ne peut être extraite de cette notice. Nous lisons une souillure de l'autel du temple dans 1 Macc 1:54. Celui-ci était fait de pierres (Exode 20:24-26 ayant à cette date été appliqué à l'autel du temple contrairement à son intention originale) et un nouvel autel de pierres entières fut construit (1 Macc 4:44-49). Vraisemblablement, cet autel n'avait pas de cornes.

9. Autels idolâtres et illégaux :

Il ressort clairement des livres historiques et prophétiques que dans les deux royaumes, un certain nombre d'autels illégaux étaient utilisés. La distinction qui a été faite entre les autels laïcs et les autels à cornes contribue à rendre ces passages faciles à comprendre. Ainsi, quand Amos, en parlant de Béthel, écrit : « Les cornes de l'autel seront coupées », nous voyons qu'il ne pense pas à des autels laïques qui n'auraient pas de cornes (Amos 3:14). Encore une fois, la phrase d'Osée « Parce qu'Éphraïm a multiplié les autels ‘pour le péché’, des autels lui ont été ‘pour le péché’ » (Osée 8 :11, comparer Osée 10 :1-8 ; 12 :11 (12)), n'est pas en contradiction avec Exode 20:24-26 parce que le prophète ne parle pas d'autels laïcs. Les hauts lieux de Jéroboam (1 Rois 12:28-33) étaient clairement illégaux et leurs autels étaient des autels illégaux de type cornu. De tels cas doivent être clairement distingués des autels laïcs de Saul et d'autres.

10. Les cornes :

L'origine des cornes est inconnue, bien qu'il existe de nombreuses théories. Les fugitifs les ont attrapés (1 Rois 1:50,51), et les victimes pouvaient être liées à eux (Psaumes 118:27).

_IV. Autels d'encens._

Exode 30:1-10 contient les commandes pour la construction et l'utilisation d'un autel d'encens. Le matériau était du bois de merde, les dimensions une coudée par une par deux, et il y avait aussi des cornes. Son dessus et ses côtés étaient recouverts d'or et il était entouré d'une couronne ou d'un bord d'or. Pour la facilité de transport, il avait des anneaux et des bâtons d'or. Il se tenait devant le voile devant l'arche.

Salomon a également construit un autel d'encens (1 Rois 6 :20 ; 7 :48 ; 1 Chroniques 28 :18), du cèdre remplaçant le bois de shittim. L'autel des parfums réapparaît dans 1 Macc 1:21 ; 4:49.

_V. Matériaux archéologiques récents._

Récemment plusieurs autels ont été mis au jour par des fouilles. Ils éclairent la Bible principalement en montrant ce qui est interdit. Voir notamment HIGH PLACE.

1. Un autel de Gezer :

La figure 3 représente un autel trouvé à Gezer construit dans la fondation d'un mur datant d'environ 600 av. M. Macalister le décrit en ces termes :

"C'est un bloc de calcaire à quatre côtés, 1 pied 3 pouces de haut. Le haut et le bas sont respectivement d'environ 10 1/2 et 9 pouces carrés; mais ce ne sont que les dimensions moyennes des côtés, qui ne sont pas régulièrement coupés . Les angles sont prolongés vers le haut pour 1 1/2 pouces supplémentaires sous forme de boutons arrondis – sans doute les « cornes » de l'autel. Le sommet est très légèrement concave de manière à contenir peut-être un huitième de pinte de liquide" (PEFS (juillet 1907), 196 sq.). La taille suggère un autel d'encens plutôt qu'un autel d'holocauste, mais compte tenu de la ressemblance générale entre les autels d'holocauste et d'encens du Tabernacle, c'est un fait d'importance mineure. En revanche, la forme, le motif et la matière sont d'un grand intérêt. Que l'autel viole en principe la loi d'Exode 20:25 interdisant l'habillage des pierres est évident, bien que ce passage ne s'applique pas en termes d'autels d'encens, mais certainement l'apparence du bloc rappelle d'une manière générale les autels de l'autre type, les autels à cornes. Comme eux, il est à quatre côtés avec un sommet carré, et comme eux, il a des boutons ou des cornes à chaque coin. Peut-être qu'il a été formé dans l'imitation générale des autels du Temple. D'autres autels des hauts lieux cananéens illustrent par leur apparence les pratiques interdites par le Pentateuque. Voir pour les illustrations H. Vincent, Canaan d'après l'exploration récente ; R. Kittel, Studien zur hebraischen Archaologie und Religions-Geschichte; S. R. Driver, Modern Research as Illustrating the Bible.

2. L'autel de l'encens de Taanach :

L'importance s'attache à un autel d'encens en terre cuite trouvé par Sellin à Taanach, car sa hauteur et ses dimensions à la base rappellent l'autel d'Ex. "Il ne mesurait que 3 pieds de haut et avait à peu près la forme d'une pyramide tronquée, les quatre côtés du bas mesurant chacun 18 pouces de long, et le tout se terminant au sommet dans un bol d'un pied de diamètre. …. Le l'autel est creux. …. Le professeur Sellin situe la date de l'autel à environ 700 av. tout récemment à Gezer dans des débris d'environ 1000-600 avant JC" (Driver, Modern Research, etc., 85). Ces découvertes fournissent un sombre commentaire sur les théories de ces critiques qui soutiennent que l'encens n'a pas été utilisé par les Hébreux avant l'époque de Jérémie. La forme de l'autel lui-même est aussi contraire aux principes de la loi du Pentateuque que n'importe quoi pourrait l'être.

Sur les meubles d'autel, voir POT ; PELLE; BASSIN; CROCHET DE CHAIR ; POÊLE À FEU. Sur le site, TEMPLE, et d'une manière générale, ARIEL ; SACRIFICE; SANCTUAIRE; TABERNACLE; ENDROIT HAUT.

_LITTÉRATURE._

R. Kittel, Studien zur hebraischen Archaologie und Religions-Geschichte, I et II ; Hastings, Encyclopédie de la religion et de l'éthique ; Murray, Dictionnaire biblique illustré; EB, sous le mot « Autel » ; CBE, chapitre 6. Les discussions dans les ouvrages ordinaires de référence doivent être utilisées avec prudence pour la raison indiquée au I ci-dessus.

Harold M. Wiener

_JE. EN CULTE :

TABERNACLE ET TEMPLES_

1. Autels patriarcaux

2. Sites sacrés

3. Autels pré-Tabernacle

_II. L'AUTEL DE L'OFFERT BRLÉ ; AUTEL D'AIMENT_

1. Autel devant le Tabernacle

2. Son histoire

3. Autel du Temple de Salomon

4. Autel du temple d'Ézéchiel

5. Autel du Second Temple

6. Autel du temple d'Hérode

_III. L'AUTEL D'ENCENS (AUTEL D'OR)_

1. Dans le Tabernacle

2. Mode de combustion de l'encens

3. Dans le Temple de Salomon et plus tard

4. Dans le temple d'Hérode

5. Symbolisme de la combustion de l'encens

_B. EN CULTE_

I. Dans le culte :

Tabernacle et Temples.

Dans la littérature de la Bible, les sacrifices précèdent les autels et les autels précèdent les édifices sacrés. Leur première mention est dans le cas de l'autel construit par Noé après le déluge (Genèse 8:20).

1. Autels patriarcaux :

Le suivant est l'autel construit à l'endroit de Sichem, par lequel Abraham prit officiellement possession, au nom de ses descendants, de tout le pays de Canaan (Genèse 12:7). Un deuxième autel a été construit entre Béthel et Ai (Genèse 12:8). A cela le patriarche revint d'Egypte (Genèse 13:4). Son prochain lieu de sacrifice était Hébron (Genèse 13:18) ; et la tradition prétend encore montrer l'endroit où se tenait son autel. Un autel ultérieur a été construit au sommet d'une montagne dans le pays de Moriah pour le sacrifice d'Isaac (Genèse 22:9).

2. Sites sacrés :

Chacun de ces quatre endroits fut le théâtre d'une révélation spéciale de Yahvé ; peut-être au troisième d'entre eux (Hébron) nous pouvons attribuer la vision et l'alliance mémorables de Genèse 15. Ces sites sont devenus, au fil des années, les biens les plus vénérés et convoités de la nation, et les combats pour leur possession ont largement déterminé son histoire. Isaac leur ajouta un autel à Beersheba (Genèse 26:25), probablement une réérection, sur le même site, d'un autel construit par Abraham, dont la demeure pendant de nombreuses années était à Beersheba. Jacob ne construisit pas de nouveaux autels, mais répara maintes et maintes fois ceux de Sichem et de Béthel. À une occasion, il a offert un sacrifice sur l'une des montagnes de Galaad, mais sans mention d'un autel (Genèse 31:54). Il y avait donc quatre ou cinq endroits en Canaan associés à la fois au culte de Yahweh et au nom de leur grand ancêtre, qui pour les Hébreux n'ont pas perdu leur sainteté par le passage du temps, à savoir, Sichem, Béthel, Hébron, Moriah et Beer Sheva.

3. Autels pré-Tabernacle :

La première disposition pour un autel en tant que partie d'un établissement religieux fixe se trouve dans Exode 20:24-26, immédiatement après la promulgation du Décalogue. Il est commandé que les autels soient faits de terre ou de pierre brute, mais de manière à avoir, non pas des marches, mais seulement des pentes pour l'ascension vers la même chose – l'injonction impliquant qu'ils se tenaient sur une certaine élévation (voir AUTEL, sec A, ci-dessus) . Avant l'arrivée au Sinaï, pendant la guerre avec Amalek, Moïse avait construit un autel de secours, auquel il a donné le nom Yahweh-Nissi (Exode 17:15). Ce n'était probablement qu'un autel commémoratif (comparez l'autel `Ed dans Josué 22:21). Au Sinaï eut lieu la grande crise de l'histoire nationale d'Israël. Il fallait que l'alliance qui allait être faite avec Yahvé soit ratifiée par du sang sacrificiel ; mais avant que Moïse puisse asperger le Livre de l'Alliance et le peuple qui a fait alliance (Exode 24:6, comparer
Hébreux 9:19), il était nécessaire qu'un autel soit construit pour l'acte sacrificiel. Cela se fit « sous la montagne », où, à côté de l'autel, étaient élevées douze colonnes, emblématiques des douze tribus d'Israël (Exode 24 :4). En relation avec le tabernacle et les temples successifs, il y avait deux autels : l'autel des holocaustes (l'autel par prééminence, Ézéchiel 43 :13) et l'autel des parfums. De celles-ci il faut maintenant parler plus particulièrement.

_II. L'autel des holocaustes (L'autel d'airain)_

(mizbach ha-`olah), (mizbach ha-nechosheth).–(Par "airain" tout au long de comprendre "bronze.")

1. Autel devant le Tabernacle :

L'autel qui se tenait devant le tabernacle était une boîte portative construite en bois d'acacia et recouverte à l'extérieur de plaques d'airain (Exode 27:1). "Creux avec des planches", est sa définition (Exode 27:8). Il avait cinq coudées de long, cinq coudées de large et trois coudées de haut ; au calcul ordinaire, environ 7 1/2 pieds sur le carré horizontal, et 4 1/2 pieds de hauteur (peut-être moins; voir CUBIT). Sur la "grille de réseau d'airain" décrite comme autour et à mi-hauteur de l'autel (versets 4,5), voir GRILLE. Dans les coins de cette grille, sur deux côtés, des anneaux étaient rivés, dans lesquels étaient insérés les bâtons par lesquels l'arche était portée (voir BÂTONS). Pour ses projections d'angle, voir CORNES DE L'AUTEL. L'interdiction des marches dans Exode 20:26 et l'analogie des autels ultérieurs suggèrent que ce petit autel devant le tabernacle a été fait pour se tenir sur une base ou une plate-forme, conduit jusqu'à par une pente de terre. Le droit de sanctuaire est mentionné dans Exode 21:14. Pour les ustensiles liés à l'autel, voir PAN ; PELLE; BASSIN; CROCHET DE CHAIR ; ENCENSOIR. Tous ces ustensiles étaient en laiton.

2. Son histoire :

L'histoire de l'autel avant le tabernacle était celle du tabernacle lui-même, car les deux n'étaient pas séparés pendant sa durée (voir TABERNACLE). Leur abolition n'a eu lieu que lorsque le temple de Salomon était prêt à être utilisé, lorsque le grand haut lieu de Gabaon (1 Rois 3:4) a été démantelé, et le tabernacle et ses ustensiles sacrés ont été apportés au nouveau temple (1 Rois 8:4 ). Entre-temps, un autre autel avait été élevé par David devant le tabernacle qu'il avait fait sur Sion, dans lequel l'Arche de l'Alliance a été déplacée (1 Chroniques 15 : 1 ; 16 : 1). Ce serait un double de celui de Gabaon, et partagerait son remplacement lors de l'érection du premier temple.

3. Autel du Temple de Salomon :

Dans le temple de Salomon, l'autel a été considérablement agrandi, comme on pouvait s'y attendre d'après la plus grande taille du bâtiment devant lequel il se trouvait. Nous sommes redevables au Chroniqueur pour ses dimensions exactes (2 Chroniques 4:1). Il formait un carré de vingt coudées, avec une élévation de dix coudées (30 x 30 x 15 pi ; ou un peu moins). Il est décrit comme "un autel d'airain" (2 Chroniques 4:1), ou "un autel d'airain" (1 Rois 8:64 ; 2 Chroniques 7:7 ; comparer 2 Rois 16:14), soit comme étant, comme son prédécesseurs, enfermés dans du laiton, ou, comme d'autres le pensent, entièrement en laiton. Il n'était pas censé être portable, mais le fait que l'autel lui-même était mobile est montré par le fait qu'Achaz l'a enlevé (2 Rois 16:14). De plus amples détails sur sa structure ne sont pas donnés. L'autel se trouvait "au milieu du parvis qui était devant la maison", mais s'est avéré trop petit pour recevoir les offrandes le jour de la consécration du temple (1 Rois 8 :64 ; 2 Chroniques 7 :7). Il est cependant resté le centre du culte israélite pendant 2 siècles et demi, jusqu'à ce qu'Achaz le retire du premier plan de la maison et le place du côté nord de l'autel de Damas (2 Rois 16:14). Cette indignité a été réparée par Ézéchias (comparez
2 Rois 18:22), et l'autel a repris son ancienne place dans le service du temple jusqu'à sa destruction par Nabuchodonosor en 586 av.

4. Autel du temple d'Ézéchiel :

L'autel du temple idéal d'Ézéchiel était, comme prévu, une structure des plus élaborées, la coudée utilisée à cette fin étant celle d'« une coudée et une largeur de main » (Ézéchiel 43 :13), ou la grande coudée de l'histoire (voir CUBIT). Le paragraphe le décrivant (Ézéchiel 43:13-17) est très spécifique, bien que l'incertitude repose sur la signification de certains détails. L'autel se composait de quatre étages superposés, diminuant progressivement de taille jusqu'à atteindre le foyer sur lequel le feu était littéral. Il s'agissait d'un carré de douze coudées (18 pi), dont les coins faisaient saillie vers le haut (Ézéchiel 43 :15). La base ou l'étage le plus bas avait une coudée de hauteur et avait une bordure tout autour d'une demi-coudée de haut (Ézéchiel 43 :13) ; les étages restants avaient respectivement deux, quatre et quatre coudées de hauteur (Ézéchiel 43:14,15) ; les cornes peuvent avoir mesuré une autre coudée (ainsi, la Septante). Chaque étape était marquée par l'entrée d'une coudée (Ézéchiel 43:13,14). Le sous-sol était donc, apparemment, un carré de dix-huit coudées ou 27 pieds. Le mot « fond » (littéralement, « sein ») dans la description d'Ézéchiel est interprété de diverses manières, certains le considérant comme un « drain » pour emporter le sang sacrificiel, d'autres l'identifient au « sous-sol ». Sur sa face orientale, l'autel avait des marches tournées vers l'est (Ézéchiel 43:17) – un écart par rapport à la pratique antérieure (pour cette raison, comparez l'article de Perowne "Autel" dans Smith, Dictionary of the Bible).

5. Autel du Second Temple :

De l'autel du deuxième temple, aucune mesure n'est donnée. Il est seulement dit qu'il a été construit avant le temple et qu'il a été placé sur sa base (Esdras 3:3), vraisemblablement sur la pierre de Cakhra – le site antique.

6. Autel du temple d'Hérode :

Dans le temple d'Hérode, il est difficile d'harmoniser les récits de la Mishna et de Josèphe quant à la taille de l'autel. Ce dernier le donne comme un carré de cinquante coudées (BJ, V, v, 6). La clé de la solution réside probablement dans la distinction entre la structure de l'autel proprement dit (trente-deux coudées carrées) et une plate-forme de plus grande surface (cinquante coudées carrées = 75 pieds) sur laquelle il se tenait. Quand on se souvient que la pierre de Cakhra mesure 56 pieds de longueur et 42 pieds de largeur, il est facile de voir qu'elle pourrait former une partie d'une plate-forme construite au-dessus et autour d'elle à un niveau de cette taille. L'autel, comme celui du plan d'Ézéchiel, a été construit par étapes décroissantes ; dans la Mishna, une d'une coudée et trois de cinq coudées de hauteur, l'étage supérieur mesurant vingt-six coudées de côté, ou, avec déduction d'une coudée pour les officiants, vingt-quatre coudées. Josèphe, d'autre part, donne la hauteur à quinze coudées. L'autel, comme auparavant, avait quatre cornes. Josèphe et la Mishna déclarent que l'autel a été construit en pierres brutes. La montée, longue de trente-deux coudées et large de seize, également en pierre brute, était du côté sud. Voir plus loin, TEMPLE,
HÉROD'S. C'est de cet autel que furent prononcées les paroles : « Laisse là ton offrande devant l'autel, et va ton chemin, réconcilie-toi d'abord avec ton frère, et ensuite viens offrir ton offrande » (Matthieu 5:24).

_III. L'autel de l'encens (Autel d'or)_

(mizbach ha-qeToreth), (mizbach ha-zahabh).

1. Dans le Tabernacle :

Il s'agissait d'une petite table d'acacia recouverte d'or, dont la surface supérieure était un carré d'une coudée et sa hauteur de deux coudées, avec une corniche ou une couronne surélevée autour de son sommet (Exode 30:2). Comme le grand autel des holocaustes, il appartenait à la catégorie des choses « très saintes » (Exode 30 :10) ; distinction qui lui donne droit à une place dans la salle intérieure de la cella ou saint des saints. Par conséquent, dans 1 Rois 6:22, il est dit qu'il "appartient à l'oracle", et dans
Hébreux 9 :4, cette chambre est censée avoir « l’autel des parfums ». Cependant, il ne se tenait pas réellement là, mais dans la chambre extérieure, « devant le voile » (Exode 40 :26). La raison de cette dérogation à la règle stricte du rituel du temple était que de l'encens doux devait être brûlé quotidiennement dessus lors de l'offrande de chaque sacrifice quotidien, les lampes étant ensuite allumées et éteintes (comparer Nombres 28:3 ; Exode 30:7, 8), de sorte qu'un nuage de fumée puisse remplir la chambre intérieure au moment où le sang sacrificiel a été aspergé (voir MERCY-SEAT). Pour avoir brûlé cet encens à l'intérieur du voile, il aurait fallu des entrées répétées dans le saint des saints, entrées interdites (Lévitique 16:2). L'autel se tenait ainsi immédiatement sans voile, et la fumée de l'encens brûlé dessus entrait dans la chambre intérieure par les ouvertures au-dessus du voile. Pour la construction matérielle qui l'admettait, voir LIEU SAINT.

Pour d'autres utilisations de l'autel des parfums, voir CORNES DE L'AUTEL, où il est montré qu'au moment des offrandes d'offrandes spéciales pour le péché et le jour du jeûne annuel, ses cornes étaient aspergées de sang. Ceci, avec l'offrande d'encens dessus, étaient ses seuls usages, car ni les offrandes de repas ne pouvaient être déposées dessus, ni les libations de libations versées dessus (Exode 30:9). Le Tamiyd, ou sacrifice debout pour Israël, était un holocauste entier d'un agneau offert deux fois par jour avec son offrande de repas, accompagné d'un service d'encens.

2. Mode de combustion de l'encens :

Il est probable que les encensoirs en usage au moment de la construction de cet autel et après avaient la forme d'une cuillère ou d'une louche (voir PAINS DE PROJET, TABLE DES), qui, lorsqu'ils étaient remplis de braises du grand autel, étaient transportés à l'intérieur le sanctuaire et déposé sur l'autel des parfums (Lévitique 16:12). Les bâtons d'encens, brisés en petits morceaux, étaient alors placés sur les braises. The narrative of the deaths of Aaron's sons, Nadab and Abihu, is thus made intelligible, the fire in their censers not having been taken from the great altar.

3. In Solomon's Temple and Later:

The original small altar made by Moses was superseded by one made by Solomon. This was made of cedar wood, overlaid with gold (1 Kings 6:20,22; 7:48; 9:25; 2 Chronicles 4:19); hence, was called the "golden altar." This was among "all the vessels of the house of God, great and small," which Nebuchadnezzar took to Babylon (2 Chronicles 36:18). As a consequence, when Ezekiel drew plans for a new temple, he gave it an incense altar made wholly of wood and of larger dimensions than before (Ezekiel 41:22). It had a height of three cubits and a top of two cubits square. There was an incense altar likewise in the second temple. It was this altar, probably plated with gold, which Antiochus Epiphanes removed (1 Macc 1:21), and which was restored by Judas Maccabeus (1 Macc 4:49). (On critical doubts as to the existence of the golden altar in the first and second temples, compare POT, 323.)

4. In Herod's Temple:

That the Herodian temple also had its altar of incense we know from the incident of Zacharias having a vision there of "an angel …. standing on the right side of the altar of incense" when he went into the temple of the Lord to burn incense (Luke 1:11). No representation of such an altar appears on the arch of Titus, though it is mentioned by Josephus (BJ, V, v, 5). It was probably melted down by John during the course of the siege (V, xiii, 6).

5. Symbolism of Incense Burning:

In the apocalypse of John, no temple was in the restored heaven and earth (Revelation 21:22), but in the earlier part of the vision was a temple (Revelation 14:17; 15:6) with an altar and a censer (Revelation 8:3). It is described as "the golden altar which was before the throne," and, with the smoke of its incense, there went up before God the prayers of the saints. This imagery is in harmony with the statement of Luke that as the priests burnt incense, "the whole multitude of the people were praying without at the hour of incense" (Luke 1:10). Both history and prophecy thus attest the abiding truth that salvation is by sacrificial blood, and is made available to men through the prayers of saints and sinners offered by a great High Priest.

W. Shaw Caldecott

Laisser un commentaire