Un nouveau virus met en sourdine les célébrations du Nouvel An lunaire dans le monde entier

BEIJING (AP) – Un nouveau virus qui a commencé en Chine et fait son apparition dans toute l'Asie et le monde a plané le premier jour de l'année du rat.

Les festivités du Nouvel An lunaire ont été annulées samedi en Chine continentale et réduites dans la ville semi-autonome de Hong Kong, où les résidents ont également subi des mois de protestations anti-gouvernementales au cours de la dernière année lunaire.

Le nouveau coronavirus – d'une famille de virus qui a également provoqué l'épidémie mortelle de SRAS en 2002-03 – n'a pas empêché tout le monde d'aller aux temples, mais beaucoup portaient des masques faciaux comme protection.

D'autres pays du monde entier ont également célébré à l'ombre du virus mortel.

CHINE

De nombreuses personnes sont restées à la maison avec des temples, des sites touristiques majeurs et des cinémas fermés, les autorités cherchant à limiter la propagation du virus.

Pékin a annulé toutes les foires du temple, une tradition populaire dans le nord de la Chine avec des spectacles, des jeux pour enfants et des kiosques vendant des collations et des souvenirs sur le thème du Nouvel An.

Les temples et les parcs étaient décorés de banderoles rouges, de lanternes en papier et de cabines, et certains endroits ont commencé à démonter le décor au milieu des annulations.

Les habitants de Wuhan, où l'épidémie a commencé, et plus d'une douzaine de villes voisines sont incapables de se déplacer facilement ou de quitter la ville après que les autorités ont arrêté les bus, les trains et les avions et mis en place des barrages routiers pour limiter la propagation du virus.

La Cité interdite de Pékin, Shanghai Disneyland et un grand parc de safari figurent parmi les destinations touristiques qui ont fermé indéfiniment.

HONG KONG

Des foules de gens, souvent masqués, se sont alignés juste avant minuit le soir du Nouvel An pour laisser des bâtons d'encens allumés et offrir des prières au temple Wong Tai Sin.

"L'atmosphère du Nouvel An lunaire n'est pas aussi bonne que l'année dernière, même s'il n'y a pas de coronavirus", a déclaré May Wen, portant un masque bleu. "Certains magasins ont fermé et les gens ne sont pas d'humeur à faire du shopping."

Dans une tradition annuelle, une presse d'adorateurs se bousculait pour se positionner pour essayer d'être le premier à faire la queue pour planter ses bâtons d'encens et faire des prières. Certains ont touché une grande statue de rat décorée d'un grand arc rouge.

La ville a annulé un feu d'artifice et un carnaval de quatre jours qui devait débuter dimanche en raison de préoccupations concernant le virus.

TAÏWAN

Des milliers de personnes, dont beaucoup portaient des masques en raison de l'épidémie virale, ont visité le temple Longshan à Taipei, la capitale.

Beaucoup priaient dans la cour centrale et adoraient la déesse Matsu, protectrice des pêcheurs, dans la cour arrière.

Taïwan a confirmé trois cas de virus, dont un homme d'affaires taïwanais qui travaille à Wuhan et une femme chinoise qui faisait partie d'un groupe de touristes en provenance de Wuhan.

CORÉE DU NORD

Les Nord-Coréens ont commencé les célébrations du Nouvel An lunaire par une démonstration traditionnelle de loyauté et de respect envers les anciens dirigeants Kim Il Sung et Kim Jong Il.

C'est un rituel dans tout le pays de déposer des fleurs et de s'incliner devant les portraits et les statues des Kims, père et fils, les jours fériés.

Des statues géantes des deux hommes se dressent sur la colline Mansu surplombant le centre-ville de Pyongyang, la capitale, où les gens et les militaires ont placé des fleurs enveloppées, près de dizaines de bouquets, et se sont inclinés profondément ou salués.

Les enfants ont fait du patin à roues alignées, ont sauté à la corde ou ont fait du cerf-volant plus traditionnel sur la place Kim Il Sung de Pyongyang.

"Aujourd'hui, nos élèves apprennent à mieux connaître nos jeux folkloriques traditionnels, les coutumes de nos fêtes folkloriques", a déclaré Kim Il Sun, une enseignante.

La Corée du Nord a fermé ses frontières aux étrangers pour empêcher le virus d'entrer dans le pays.

MALAISIE

Les gens du temple Thean Hou de Kuala Lumpur ont placé des bâtons d'encens dans des supports géants et ont prié avec eux sous un auvent de lanternes chinoises rouges et jaunes décorées de rats.

Rohit Kirby, étudiant en photographie, a déclaré que c'était une occasion pour les gens de se réunir avec leur famille et leurs amis.

FRANCE

Une foule s'est rassemblée alors que les danseurs de dragons et les batteurs célébraient la nouvelle année sous la Tour Eiffel.

La France a confirmé vendredi trois cas de virus, le premier en Europe.

Patrick Branco Ruivo, directeur de la Société d’exploitation de la Tour Eiffel, la société qui exploite la tour, a déclaré que l’événement était «une façon de dire que nous sommes avec eux» alors que la Chine lutte contre l’épidémie.

Il a dit qu'il n'y avait pas de panique et que des gens du monde entier visitaient la tour.

CUBA

À Cuba, une petite communauté chinoise a célébré le nouvel an lunaire avec un défilé coloré, des lanternes lumineuses et un dragon dansant dans les rues étroites de Chinatown.

Les touristes, les habitants et les descendants sino-cubains ont applaudi et se sont tortillés à la danse du dragon, ont tenu des lanternes colorées et ont applaudi les effigies des caractères chinois.

L'île avait autrefois l'une des communautés chinoises les plus grandes et les plus anciennes des Amériques, les premiers arrivants venant dans les années 1850 pour travailler dans les champs de canne à sucre.

Maintenant beaucoup plus petite, la communauté célèbre les vacances avec une touche d'île, mélangeant le rhum et les cigares avec les plats chinois traditionnels et l'amour de la musique.

La touriste chinoise Saline Xie a dit qu'elle était "heureuse parce que pour nous, c'est une nouvelle année", bien que le virus ait jeté un voile sur les célébrations.

Laisser un commentaire